44079397_10156824739489444_1857230174748

44079397_10156824739489444_1857230174748

image1-6

image1-6

31680727_10156431328509444_7271560480315

31680727_10156431328509444_7271560480315

polymorphe

polymorphe

31944783_10156444379689444_1615700172006

31944783_10156444379689444_1615700172006

48385269_10156960000579444_6359348545207

48385269_10156960000579444_6359348545207

34582841_10156510436779444_6994246811519

34582841_10156510436779444_6994246811519

31779151_10156434470184444_2708997222623

31779151_10156434470184444_2708997222623

41851576_10156752675584444_8654653049001

41851576_10156752675584444_8654653049001

IMG_5585

IMG_5585

17634663_10155258545834444_8357428962719

17634663_10155258545834444_8357428962719

69825239_10156875602309191_7288271493690

69825239_10156875602309191_7288271493690

des+fils+et+des+modes

des+fils+et+des+modes

poissons

poissons

spectacle6

spectacle6

DSCF4358

DSCF4358

P1020075.JPG

P1020075.JPG

Maëva Longvert

Française, née en 1986 au Sri Lanka. Diplômée de l’ESAAT (Ecole Supérieure des Arts Appliqués et du Textile)  de Roubaix en 2008, Maëva Longvert déploie une pratique de plasticienne et designer textile, à base de tressage de matières plastiques et végétales. Elle coordonne des événements de grande ampleur (Si on déguisait la ville ? de 2013 à 2016 pour le Carnaval de Toulouse ; immersion pour 80 participants à Barcelone durant la Festa Major et le Carnaval de Gracia…). De Toulouse à Lille, en passant par Bilbao ou Tournai, elle organise des défilés, installations et expositions dans l’espace public, urbain ou naturel, et anime de nombreux ateliers. Elle collabore également avec plusieurs compagnies de cirque contemporain (costumière pour la Famille Goldini, graphiste pour Le Galactik Ensemble, la #Cie, le Groupe Bekkrell, la cie HMG …).

Autrice d’une singulière pratique de tressage de textiles, recyclés ou naturels, Maëva Longvert exerce depuis ses débuts dans l’espace public (forêts, jardins, ponts…) comme une évidence. Ayant peaufiné une pratique de plasticienne à l’échelle de la ville, elle entre à la FAI-AR pour y approfondir son propre projet artistique. Elle souhaite désormais intégrer une pratique corporelle à son travail, et faire de la scénographie un véritable objet dramaturgique. Durant son cursus, elle apprend à activer des installations plastiques, à mettre des formes en mouvement, pour sonder l’interaction entre corps et matière, traités tels deux partenaires de jeu.


Texte de de Julie Bordenave